Dimitri se passionne pour les anamorphoses depuis de nombreuses années et vous présente ici quelques exemples de ses réalisations picturales.

L’anamorphose est une image volontairement déformée qui reprend son aspect normal vue sous un certain angle ou à travers des miroirs coniques, cylindriques ou déformants.

L’anamorphose procède par une interversion des éléments et des fonctions. Au lieu d’une réduction progressive à leurs limites visibles, c’est une dilatation, une projection des formes hors d’elles-mêmes, conduites en sorte qu’elles se redressent à un point de vue déterminé : une destruction pour un rétablissement, une évasion mais qui implique un retour. Le procédé est établi comme une curiosité technique mais il contient une poétique de l’abstraction, un mécanisme puissant de l’illusion optique et une philosophie de la réalité factice.

Cliquez sur le bouton "Galerie" pour visualiser les anamorphoses réalisées par Dimitri :

ANAMORPHOSE STEREOSCOPIQUE

« La Petite Baigneuse » d’Ingres

Dans le monde de Dimitri, il y a la couleur et l’espace, dans son regard, le mouvement et la lumière, dans sa tête, l’envie de tout conjuguer, de tout mêler, de tout fondre.

Nul ne sait d’où il vient, de quelle galaxie… Nul ne sait où il va ni ce qui pourrait arrêter sa quête de perfection.

Dimitri n’est pas qu’un peintre…

Ses anaglyphes l’ont fait modeleur d’espaces, ses anamorphoses, illusionniste.

L’anamorphose ?

L’étude étymologique rapide du mot renvoie à la Grèce Antique (ANA : de bas en haut, MORPHE : forme). Forme déformée qui se reforme au cœur d’un miroir cylindrique ou conique ; image étirée vue de face qui reprend sa taille conventionnelle en vision oblique.

Ce procédé a été imaginé et mis au point par les grands maîtres du mirage optique il y a des siècles, voire des millénaires.

Dimitri, s’il a repris de ses pères la technique éprouvée de l’anamorphose, lui a offert le relief, les trois dimensions, le mouvement.

L’artiste, habitué de la gageure, du pari impossible est devenu sculpteur d’image.

Sur les flancs latéraux d’une pyramide monumentale de bois tronquée, deux anamorphoses accolées dos à dos, deux reproductions géantes d’une peinture célèbre d’Ingres (La Petite Baigneuse) étirées jusqu’à l’extrême chacune en sens inverse de l’autre. Le premier plan de l’une devient le dernier plan de l’autre.

A la pointe de cet étrange coffre noir, deux simples trous pour y coller les yeux. Il n’est plus besoin de jeu de miroirs : une arête centrale aide le regard à synthétiser les deux tableaux jusqu’à n’en former plus qu’un par une adaptation naturelle des différentes profondeurs de champ.

La récompense est là : « La Petite Baigneuse », en relief, semble flotter en apesanteur.

Il faut imaginer le travail colossal de conception à commencer par le minutieux quadrillage pour déformer le sujet dans les deux sens puis, la palette de couleurs précise et identique pour les deux anamorphoses avec des personnages agrandis d’un coté et miniaturisés de l’autre.

Il faut imaginer et oublier tout de suite la complexité de la réalisation. C’est beau, c’est léger, c’est magique, voilà tout…

La petite baigneuse de Dimitri nous donne à toucher des yeux dans son écrin de bois sa chair vibrante et chaude pendant que le chef-d’œuvre original d’Ingres s’offre aux regards sous la pyramide du Louvre.

Etrange destin….

Carole LANSELLE

Cliquez sur le bouton "Galerie" pour visualiser les anamorphoses réalisées par Dimitri :

Anamorphose classique

 

Anamorphose stéréoscopique

© 2008 Dimitri - Artiste Peintre - tous droits réservés | Salle de cinéma
Exposition permanente à
la Grande Arche de la Défense - Paris - France

Accueil | Rémanence | Anaglyphe | Anamorphose | Peinture Murale | Contact
Galerie peintures anamorphoses
Film 3-D, Film relief, Dimitri peintre et Cinema 3d relief